Évasion solitaire

Ses deux pieds soutiennent son être en déséquilibre dans l’engin roulant. Elle insère les pièces de monnaie nécessaire à un aller. Imprévisible comme elle est, le retour est intemporel. Elle prend le bout de papier qui confirme son passage, mais particulièrement pour conserver l’opportunité d’avoir un transfert. Au cas où l’idée de dévier de son trajet lui prendrait. L’imprédictibilité est un concept récurrent chez cette femme qui parcourt. Elle insère le billet dans la poche droite arrière de son pantalon et remercie le conducteur d’un sourire léger et timide. Son soi se prépare à entrer dans une bulle intime émotionnelle personnelle. Ses yeux épient la trentaine de sièges. Sur une quinzaine, la majorité est utilisée par des gens qui s’affairent à pitonner ou discuter sur leur téléphone cellulaire. Quelques-uns, les plus âgés (fidèle à un stéréotype) observent les décors qui défilent. Elle tente de trouver un banc voisin à une fenêtre. Elle aime beaucoup trop contempler les paysages qu’elle croise sans devoir être alerte à sa conduite. Heureusement pour elle, un homme se lève et libère une place idéale. Elle dépose son être sur le siège et son sac à ses pieds. Ses pieds qu’elle installe drôlement pour y trouver un réconfort dans une position usuelle chez elle. Elle soulève son pied gauche qu’elle dépose sur la barre de métal apposée entre le sol et la fenêtre, de sorte à pouvoir accoter son coude gauche sur son genou et que sa main puisse accueillir sa tête. Elle aime ce réconfort d’être soutenue et bercée par cette extrémité du bras. Son pied droit se met aussi à son aise en venant trouver chaleur en dessous de sa cuisse gauche. Elle prend l’appareil technologique, celui dont elle dépend depuis quelques années, depuis que la société entière le possède. Toutefois, contrairement à la majorité, ce n’est pas la communication avec les autres qu’elle recherche. Au contraire, c’est l’évasion solitaire par l’écoute de musique. Elle enfonce ses écouteurs dans ses oreilles et se coupe des sons de la réalité. Elle appuie sur la liste de lecture qu’elle a créée spécialement pour son ambiance émotionnelle intérieure du moment, née de sentiments éprouvés à la suite événements qui l’ont mené dans cet autobus, ce véhicule qui prend le chemin vers une fuite. Ce sont toutes des chansons significatives à ses ressentis par leurs paroles et aussi leur mélodie parce que les rythmes ont empreint ses tripes, de sorte à être associés et mémorisés éternellement. Elle aime l’option répétition de ces chansons parce qu’elle alimente sa souffrance. Elle s’automutile musicalement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s