L’a « van »t

L’avant. Ce qui précède le commencement. Ce qui n’est pas le maintenant, mais qui rêve ardument, dans une attente interminable, de devenir le présent.

Posséder un projet que nous chérissons tendrement qui semble baigner trop longtemps dans cette période peut générer une impatience de vie et une diminution de l’espérance quant à la réalisation de celui-ci. Le mien, personnellement, s’incruste directement à travers le mot de cette période : « van ». L’impression, en fait plutôt la crainte, de « stagner » entre le « a » et le « t » pour une trop longue durée envahie facilement mon esprit dernièrement.

J’entends déjà certains me scander de foncer, d’oser et de laisser la peur de côté. La foi en un projet ne relève pas seulement de la volonté d’une personne d’accomplir celui-ci. La crainte subsiste généralement car « l’avant » installe parfois son nid longuement par manque de liquidités en banque. Les finances, bien qu’elles ne créent pas le bonheur selon un dicton, possèdent majoritairement le monopole de la concrétisation d’ambitions. L’impatience de détenir les fonds suffisants à la réalisation d’un songe réel, qui respire depuis notre tendre enfance, peut devenir insupportable jusqu’à éprouver un sentiment irritant de privation. Un ressenti qui peut mener quelquefois à l’abandon même du projet.

Devoir mettre en image cet « avant », j’illustrerais un être humain, les pieds dans le sable brûlant d’un décor asséchant, la peau flamboyante par un soleil éclatant et le sourire agrandi par une joyeuse détermination, qui vient d’être laissé au beau milieu d’un désert ayant comme objectif de semer une floraison, sans eau. Aucun liquide disponible pour interagir avec la semence et laisser les éléments naturels concevoir et faire naître de petits bouts de vie d’un jardin de rêves. Sans sources pour engendrer la création et subvenir au besoin de la croissance, les verbes exister et grandir ne peuvent s’accorder avec le genre et le nombre du projet.

Que peut faire cet être pour défier cet avant trop présent? Lui qui souhaite depuis un bon bout de temps démarrer cette plantation et voir le fruit de ses labeurs fleurir en rêves réalisés. Il se retrouve donc face à deux options dans cette scène sableuse aride. Il y a l’option de rebrousser chemin, d’éclipser cet « avant » qui gruge l’aptitude à supporter l’attente, avec une conclusion absolue de la perte du but ultime. Puis, il y a la deuxième, marcher vers la recherche de plusieurs points d’eau, en empruntant divers chemins, jusqu’à accumuler assez pour se diriger vers le « pendant » : la poussée de son idéal de végétation désertique. C’est l’option qui consiste à accepter. Accepter ou plutôt accueillir cette étape qu’est « l’avant », malgré les sacrifices considérables, parfois affligeants, et la considérer comme un moment opportun pour l’observation, l’analyse, la planification et la consolidation des idées et volontés. Parait-il que faire languir crée une appréciation plus grandiose par la suite…

Plusieurs sont informés de ma volonté de me procurer la « van » de mon paternel d’ici quelques mois et d’en faire mon petit nid roulant. Le retour au Québec depuis juillet débute sa stabilisation et son adaptation après tous les changements dans ma vie. Ma grande volonté cherche son confrère « plus grand portefeuille ». Ma randonnée et les chemins empruntés ne concernent donc que l’atteinte du sommet de l’obtention de ma « vanlife ». Je pars d’un rien, avec presque rien, d’un pied solitaire, vers une nouvelle route, une nouvelle embarcation avant de vivre un nouvel envol.

«We can see the change you wanted and what you want to be

And you get a head, a head full of dreams

Into life I just been spoken

With a head full, a head full of dreams»

– Coldplay

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s