#2 Lettre à …

Ma chère,

Je tape les huit lettres qui composent ton mot sur mon moteur de recherche. La question quant à la fin de la période de ta vie germait dans mon esprit depuis un certain temps : as-tu un anniversaire de fin précis? Je possède le droit de te considérer une alliée jusqu’à quand? À quel moment je dois cesser d’utiliser l’expression « je suis jeune » ? Est-ce que ce moment de finalité existe? Ton concept génère le flou dans mon esprit : les interrogations sont multiples et flottent davantage à la venue de mon vingt-septième anniversaire de naissance. Il y a une peur d’une séparation possible entre nous qui m’habite et qui me pousse à effectuer ces recherches.

J, E, U, N, E, S, S, E inscrit sur Google en lettres capitales. Cette impression qu’utiliser les majuscules donnera de plus grandes réponses aux questionnements essentiels (particulièrement existentiels pour ma part) sur ta nature et sa durée. Les « internets » m’offrent une panoplie de sites présentant diverses définitions.  Je recueille plusieurs brides de celles-ci que je note à la main dans un cahier de réflexions. J’ai ce besoin de retranscrire les mots qui caractérise ton essence pour les réciter à nouveau et cogiter auditivement et visuellement sur ce que tu es. La majorité des définitions recueillies me plongent dans l’ambiguïté.

« Fait d’être jeune; état d’une personne jeune » (Google)

Le terme employé « jeune » se retrouve dans ton arbre généalogique littéraire. Ce mot de même famille est aussi énigmatique que toi. Je saisis seulement que tu t’accordes à une personne. Prendre le temps de cliquer sur ton petit cousin « jeune » et voir sa description définitive de Google : « peu avancé en âge ». D’accord. Mais l’avancement débute quand? Puis, je m’interroge : ne sommes-nous pas toujours jeunes aux yeux des plus vieux?

« Temps de vie entre l’enfance et la maturité » (Google) ou encore

« Période de la vie humaine comprise entre l’enfance et l’âge mur » (Larousse)

La « maturité » et « l’âge mur » : tu m’amènes à puiser dans d’autres définitions et concepts pour saisir ton sens profond. Toutefois, je me perds un peu plus. Le Larousse virtuel me dit que la maturité c’est « un état de l’esprit, d’un talent qui est parvenu à la plénitude de son développement; une période de la vie caractérisée par le plein développement physique, intellectuel et affectif ». Atteint-on vraiment la totalité d’un talent? Est-ce vraiment possible de franchir le plein développement dans ces trois sphères? Ne sommes-nous pas continuellement en apprentissage et évolution selon chaque expérience que nous vivons à travers nos âges?

Je continue mes recherches. Je manque de réponses concrètes. Je clique sur un nouveau lien, le sixième environ. Mes yeux aiment ce qu’ils lisent, mon cœur aime ce qu’il reçoit :

« chez les personnes qui ont conservé les goûts et les passions de la jeunesse, et surtout les habitudes de galanterie et d’intrigues amoureuses » (Médiadico)

La crainte que tu puisses me quitter se calme à la lecture du verbe utilisé dans cette définition : conserver. Cela veut-il dire que si je décide de mettre l’amour, la passion et mes petits bonheurs enfantins en conserve au fond de moi, je t’offre l’opportunité de subsister et de vibrer en moi pour un long temps, voir éternel?

Puis, je me dis que tu pourrais être perpétuelle parce que je me rappelle qu’avec une des définitions de Wikipédia, tu baignes dans la subjectivité :

« La tranche d’âge appelée jeunesse n’est pas clairement définie »,

Donc, ton concept peut s’approprier différemment selon chaque humain. Au fond, tu laisses l’individu s’attitrer le terme « jeunesse » comme bon lui semble, jusqu’à demain ou jusqu’à sa mort. Ta disparition chez certains serait donc causée par l’emploi de ton antonyme dans leur vocabulaire. Les termes « je suis vieux » à répétition t’entrainent vers ton tombeau. Ces simples paroles génèrent ton départ, et ce, peu importe l’âge. C’est donc un choix se départir de toi. Un choix que tu laisses à l’individu.

J’ai fermé l’écran. J’ai clos la recherche à mon questionnement. J’ai eu mes réponses. J’utilise « mes » parce qu’au plus profond de mon moi, c’est ce que je souhaitais lire : pouvoir te considérer comme mon allié de vie et t’accorder ce qualificatif indéfiniment. Puisque n’es-tu pas éternelle pour celui ou celle qui te préserve au plus profond de son être?

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s